Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ouverture le Dimanche : là où le dogme tue le bon sens !

par GiraudMalls 30 Septembre 2013, 07:44 Billet d'humeur Entrepreneuriat

Foi d'entrepreneur : voilà bien longtemps que je n'ai vu ou entendu autant de délégués du personnel combattre la Loi à côté de leurs employeurs. Cela devrait tous nous interpeller non ? Peut-être que la réunion inter gouvernementale de ce matin est le prélude d'une prise de conscience ? Allons, soyons fous et optimistes en ce début de semaine : ils vont comprendre et se mettre d'accord parce qu'un véritable débat va s'ouvrir...

Jean-Claude Bourrelier, P-DG de Bricorama, doit bien rigoler. Voilà 9 mois qu'il a subi une décision inique puisque 32 Bricorama de la région parisienne ont dû fermer pendant que les 20 Leroy Merlin et Castorama franciliens pouvaient ouvrir... C'est lui qui a assigné en référé ses concurrents. Le début de la parfaite illustration du grand bazar que cette Loi incarne.

Le travail du dimanche en magasin de bricolage en Ile-de-France, voilà ce que ça représente "en vrai" :

- Entre 2000 et 4000 clients chaque dimanche pour les magasins concernés
- 120 à 150 euros nets gagnés pour les salariés chaque dimanche travaillé
- Beaucoup d'étudiants financent leurs études ayant un contrat spécifique sur les week-end
- Les magasins de bricolage ouverts ce week-end ont fait signer des pétitions en faveur de l'ouverture le dimanche qui ont récolté 90% de signatures sur le nombre de clients (ça, on s'en doutait)
- Selon la CFTC, chez Leroy Merlin, "95 % des salariés de la région parisienne sont pour le travail du dimanche" (ça, on s'en doutait moins)

Bref, le travail du dimanche concerne toute la société puisqu'il s'agit du repos hebdomadaire et de la vie de famille. Ca ne concerne pas que les enseignes de bricolage de l'Ile-de-France. Si ma mère nous invite au restaurant le dimanche midi avec ses petits-enfants, nous nous retrouvons en famille mais d'autres (le chef et sa brigade dans sa cuisine, les serveurs et maîtres d'hôtel, vu que je serai en retard, ma mère viendra en taxi...) travaillent pour nous satisfaire et développer leur chiffre d'affaires. Où commence la liberté et où s'arrête la Loi ? Sachant que 100% des salariés concernés sont volontaires. Voilà des sujets de société à ne pas traiter par dessus la jambe qui nécessiteraient de réfléchir longuement. Voilà le rôle des politiques !

NB : Si vous avez envie de comprendre le millefeuille créé par nos politiques et la technocratie, lisez l'article de Philippe Bertrand dans Les Echos sur toutes les dérogations possibles. Si vous comprenez la logique, dites-le moi ! http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/service-distribution/actu/0203033179795-un-millefeuille-kafkaien-de-derogations-611146.php

Ouverture le Dimanche : là où le dogme tue le bon sens !

commentaires

Aurélie 03/10/2013 10:17

Bonjour Frédéric,

je partage totalement ton opinion.
En revanche, celle des syndicats est plus difficile à comprendre : dans ce cas, ils prennent le parti des salariés et des employeurs ; mais que dire, alors, de leur attitude dans l'affaire Monoprix, où la CGT vient de contraindre la chaîne à fermer ses magasins à 21h00 ?
Comme dans la loi, il y a un gros manque de cohérence je trouve !

Frederic G 03/10/2013 18:51

Aurélie, tu as entièrement raison ! Les syndicats semblent un peu dépassés par leur base. Dans le cas de Monoprix, c'est un peu différent car il s'agit d'un désaccord dans le cadre de négociations internes à l'entreprise. Il me semble d'ailleurs que 2 syndicats avaient voté pour l'ouverture après 21 heures et seule la CGT, mais majoritaire chez Monoprix, s'y est opposé. Bref, le sujet divise mais pas toujours au bénéfice des salariés. Pourquoi ne donne-t-on pas le choix puisque le volontariat est la base... ?

Haut de page